Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 novembre 2016 3 09 /11 /novembre /2016 13:13

En hommage à Francis Gay qui sera inhumé ce jour 9 novembre 2016 au cimetière de Puygiron. C'est avec émotion que nous republions cet article écrit en 2002.

Qu'il repose en paix !

                                                                                                                                                 Photo X

Est-ce une vocation du bonheur qui donne sa sérénité à Francis Gay qui comme tout un chacun n’a pas eu une vie exempte de soucis ? Qu’est-ce qui fait de lui une figure de Puygiron, quelqu’un que l’on se plait à croiser sur les chemins ou dans le village, visage hâlé, toujours souriant et affable ? Une force, un amour de la vie et des autres gouverne sa personnalité et rayonne autour de lui. Cela vaut la peine de s’y arrêter car on a besoin dans la vie sociale d’êtres clairs et bienveillants, ayant conscience des privilèges accordés à l’homme quand il vieillit dans un bel environnement, entouré des siens, gardant sa vigueur intellectuelle et physique. C’est une sorte d’honnête homme comme la campagne a pu en produire et dont des auteurs comme Pagnol ou Daudet ont su montrer la qualité et l’originalité.

Né à Puygiron en 1931 il se souvient du village avec peu d’habitants, de la pureté du paysage et de la dure vie des cultivateurs attachés aux soins des animaux qui ne leur laissait jamais de répit. Dernier d’une famille de six enfants il garde de beaux souvenirs de l’enfance, une enfance heureuse même si la vie manquait de confort et si son père cantonnier travaillait durement. Les chemins à entretenir, le jardin, les volailles pour nourrir la famille. C’est même à cause de la dureté de ce travail autour de lui que très tôt il s’intéresse au progrès, y voyant un allégement possible des charges qui pèsent sur les paysans. A la fois très terrien dans ses goûts, sensible à l’environnement il voit arriver les premiers tracteurs avec enthousiasme. Il y croit, il veut en connaître les mécanismes, tout savoir de ces engins superbes, qui entrent dans son champ de vision quand Léon Viel, notable du pays, achète son premier Fordson. « Je ne pensais plus qu’à ça, j’avais quinze ans et je sentais naître quelque chose qui ressemblait à une vocation »

Francis sourit en évoquant ses souvenirs : « Le temps passe trop vite, j’ai encore tant de choses à faire... »

                                                                                                                                                      Photo C. P.

Nous sommes installés autour de la table avec Yvette, sa femme, entre les murs de la belle demeure de pierre qui cache des trésors d’architecture, voûtes, cheminée à anse de panier, pierres sculptées. Une maison forte, la Grange, sur la route de Rochefort dont ils apprécient tous les deux l’espace et les volumes. Il raconte comment en 1955 sa passion des tracteurs et de la mécanique le pousse à ouvrir un garage à Montboucher. C’est la fin des attelages de bœufs si bucoliques et les tracteurs affluent dans les campagnes. Les années passant les tracteurs se succèdent et souvent disparaissent, cela désole cet amoureux des moteurs et des carrosseries. Il va les racheter ou les récupérer pour leur redonner une jeunesse et les conserver. « C’est ainsi que je suis devenu une sorte de collectionneur. Pour que le passé ne s’oublie pas et que ces pièces qui sont comme des œuvres d’art témoins d’une époque puissent être vues par d’autres hommes après moi » Peut-on dire que l’agriculture l’intéresse ? disons oui, par le biais des tracteurs. Francis Gay cultive ce qui lui reste de terre avec beaucoup d’amour. Maintenant que son fils Claude a repris le garage où les voitures sont plus nombreuses que les tracteurs il lui plait de vivre dehors, au rythme des saisons, de creuser de petits lacs en réunissant des sources pour y élever des carpes, pour le plaisir de les voir grossir, sauter à l’approche de la main familière et faire ainsi le bonheur de ses petits enfants. Il n’est pas chasseur et s’émerveille devant une mère perdrix mettant à l’abri ses perdreaux dans les maïs. « Je ralentis quand je suis en train de moissonner pour ne pas les écraser. J’aime autant manger une pintade que tuer une perdrix ! »

Son éducation s’est affinée à travers les conversations avec les adultes de Puygiron qui s’intéressaient alors aux adolescents, Joseph Viel et le Comte Fernand de Pontcharra. Il souvient aussi d’autres moments, avant que la télévision n’envahisse les foyers, des veillées d’été sur le banc du village. Il évoque Paul et Lévy Rey, le père Cantin. « On avait alors besoin les uns des autres, on s’entraidait »

 

                                                                                                                                                      Photo X

                                                                                                                               Photo X

Nous sommes allés voir les tracteurs pour lesquels il a construit des abris : "Ils sont vivants". Et il égrène leurs marques, Fiat, Vandœuvre, Mac Cormick, Soméca… comme il le ferait pour des chevaux de course. Une vingtaine d'engins à entretenir, soigner. On visite le site comme un musée de plein air. Un homme tranquille qui ne connaît pas l'envie et mesure chaque jour la chance d'avoir des enfants et des petits-enfants. Son petit-fils Thomas est déjà un amoureux des tracteurs, ses petites-filles sont belles, tout le monde aime venir à la Grange, il espère que tout cela va continuer longtemps, nous aussi !

N. P.

Publié dans Le Giron n° 3 (septembre 2002)

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Le Giron

  • : legiron
  • : Ensemble d'informations, de textes et d'images publiés par un groupe d'habitants du village de Puygiron dans la Drôme.
  • Contact

L'association

                L'association "Le Giron" a été créée le 24 septembre 2001 et a mis fin à ses activités en juillet 2013. Elle avait pour objectif de favoriser la rencontre et le dialogue entre les habitants de la commune afin de réfléchir ensemble à l'évolution de leur cadre de vie.
       Au cours de ses douze ans d'existence elle a atteint ses objectifs, donnant la parole aux "anciens", pour sauvegarder la mémoire du passé et même temps ouvert un dialogue avec les idées porteuses d'un avenir ouvert sur l'humanisme, l'écologie, la protection de la Nature, et bien sûr "l'autre", celui qui existe au-delà des frontières de notre pays. Elle a publié vingt et un numéros du "Giron" distribués gratuitement sur le territoire de la commune de Puygiron et au-delà, créé une bibliothèque de prêt. "Le Giron a été déposé à la Bibliothèque nationale.
       Le blog du "Giron" continue et reste ouvert à la contribution de ses anciens animateurs pour que vive son esprit et sa philosophie.

Recherche

Le Giron, bulletin semestriel

Un bulletin pour quoi faire ? Pour se rassembler le temps d’une lecture, se dire qu’on fait partie d’un village et qu’on a des intérêts, des souvenirs, des projets communs. Pour donner envie aux gens de réfléchir à ce qui se passe autour d’eux, à parler à leur tour car seul le dialogue fait avancer le monde.

Le village perché de Puygiron

                                                               Aquarelle de Morice Viel

Belvédère de la Drôme provençale, situé sur un mamelon dominant le Jabron et la plaine de la Valdaine, offrant un très beau point de vue. Au hasard des ruelles, on admirera portes et fenêtres encadrées de pierres sculptées. Le premier village médiéval était situé à Saint-Bonnet, près du prieuré carolingien, sur le site d’une villa gallo-romaine. Ce premier village fut abandonné au XIIIe siècle et les habitants se réfugièrent sur « le puy » sous la protection du château.

Le château : construit fin XIIe / début XIIIe siècle, construction rectangulaire flanquée de quatre tours, l’une d’elles formant donjon. À proximité, la salle des gardes, avec une énorme cheminée et des voûtes retombant sur un énorme pilier central. Une cour intérieure avec une tour Renaissance hexagonale possédant une porte ogivale et escalier à vis. Le château a été classé monument historique en 1957.

L’église, de style roman, construite en 1867. La chapelle romane Saint-Bonnet : datée du XIIe siècle, église paroissiale jusqu’en 1770, elle présente une abside en demi-cercle voûtée en cul-de-four, un chœur surélevé, une nef unique de trois travées, un escalier à vis qui conduisait à un clocher aujourd’hui disparu. La pierre de Puygiron a été exploitée jusqu’en 1914.

Puygiron a eu son chantre, le félibre Morice Viel (1881 - 1929).

D'après Jeannine Laurent (Etudes drômoises, n° 3, année 2000, p. 41)

Pages